Le parapente

Le parapente est un sport de parachute volant dont les modifications de conception améliorent ses capacités de vol à voile. Contrairement au deltaplane, les parapentistes n’ont pas de cadre rigide; la voilure du parachute agit comme une aile et est constituée de cellules en tissu avec des ouvertures à l’avant qui leur permettent d’être gonflées par un mouvement dans l’air.

Le pilote est suspendu dans un harnais assis et contrôle l’aile via des suspentes fixées au bord de fuite du parapente. Ces lignes peuvent être utilisées individuellement pour faire tourner le parapente ou simultanément pour influencer la hauteur et la vitesse. Le décollage et l’atterrissage se font à pied et se produisent généralement sur une colline ou une montagne. Pour se lancer, le pilote gonfle d’abord l’aile en la tirant comme un cerf-volant, puis descend la pente jusqu’à atteindre la vitesse de vol. Habituellement, une vitesse d’environ 19 km/h est suffisante pour lancer l’embarcation. Les parapentes peuvent également être lancés à partir de terres plates en remorquage, avec un treuil ou derrière un véhicule.

Ce sport s’explique par les activités de l’inventeur français Pierre Lemoigne, qui a lancé ses auvents à parachute rond dans les années 50. La structure cellulaire gonflée par un bélier a été créée au début des années 1960 avec les conceptions de cerf-volant et de parachute de l’inventriceaméricaine née au Canada, Domina Jalbert. Ces modèles ont évolué en parachutes rectangulaires orientables avec une vitesse d’avancement relativement élevée. On s’aperçut rapidement que leurs performances, de planer étaient suffisantes pour leur permettre d’être lancés à partir de pentes abruptes ainsi que par le déploiement d’avions habituel pour les parachutistes.

À partir de la fin des années 1960, l’intérêt pour la capacité de vol plané des parachutes a augmenté lentement, mais régulièrement. Le parapente s’est développé aux Etats-Unis et dans les régions alpines de France et de Suisse, où il a finalement complètement évolué. Certains alpinistes ont vu dans le parapente une alternative à la descente en rappel après une ascension, tandis que d’autres ont apprécié son potentiel en tant que sport à part entière. Dès qu’on s’est rendu compte que l’aile n’avait pas à résister au choc d’ouverture provoqué par les auvents de parachute de saut, l’on a utilisé des lignes plus minces et une construction plus légère ; cette réduction de la traînée, et la capacité de glissement a augmenté. L’élargissement de l’aile en ajoutant des cellules supplémentaires a été une amélioration supplémentaire. Cela augmente le rapport d’aspect de l’aile (la relation entre l’envergure et la corde) et améliore son efficacité.

Leave a Comment